Les Dernières Nouvelles du Jazz


Jeudi 31 mai 2012 4 31 /05 /Mai /2012 08:44

Abalone Production 2012

Sebastien Texier ( as, cl), Jean-Charles Richard (bs, ss), Bruno Angelini (p), Maurao Gargano (cb), Christophe Marguet (dm)

 marguet.jpg

Après avoir entendu son formidable sextet franco-américain à Coutances, Christophe Marguet créée à nouveau la sensation avec la suite de ce quintet « Resistance Poétique » dans la continuité des précédents albums, « Itrane » et « Buscando la Luz ». Groupe à formation variable qui fut d’abord un trio pour se muer en quartet et devenir aujourd’hui avec l’apport de Jean-Charles Richard un quintet. Avec toujours en filigrane l’idée que la musique est une forme de poésie.

Et au-delà de cet évident sens de la poétique, la musique de Marguet est un vrai alibi à l’improvisation jazz. Basée parfois sur de très belles lignes mélodiques qui, jouées dans un registre très haut, presque dans celui d'une chanteuse soprano, emportent une réelle émotion. Parfois au contraire, c'est la rondeur qui gronde, l’ancrage tellurique de Gargano qui grave ces harmonies dans le socle d’un groove profond.

Ue des belles idées de cet album, c’est notamment d'y avoir associé  Sébastien Texier et Jean- Charles Richard. Tous les deux ici frères d’armes. ( à noter au passage combien l'on est frappés notamment par ce son magnifique de Sebastien Texier, rare chez les altistes français qui évoque un Lenny Popkin ou un Paul Desmond - Grande classe). Ne cherchant pas du tout le contraste du jeu mais au contraire la juste association, les deux se confondent en énergie, se confondent en puissance. Et cela joue sur des contre-chants harmoniques presque coltraniens (Coral Spirit) sans en copier les idiomes et surtout sur une certaine transcendance de la musique portée parfois à haute fusion.

Ce qui est ainsi frappant chez Marguet et qui sautait aussi aux yeux dans ce sextet ( partiellement) américain entendu à Coutances, ce qui a séduit certainement Steve Swallow, c’est la qualité d’écriture du batteur. Il ne renonce à rien, et si originale qu’elles soient, ses compositions s’ancrent dans un jazz qui porte une rééele originalité. Son blues à lui est certes plus européen. C’est un savoir faire qui circule à la manière d’une tradition  orale, entre Texier, Sclavis ou Portal. Ce jazz qui vibre avec le sens d’une palpitante rythmique. Cette musique qui danse comme sur Amboseli ou sur Tiny Feet danceoù la rythmique emporte une sorte de sarabande que Sclavis ne désavouerait pas.

Cette façon très belle de faire se mouvoir et chanter la musique. Quelque chose qui tient du vent léger. Du visuel aussi.

Et parfois le groupe se meut aussi dans des intentions à la Ornette, une musique plus sauvage, plus libre où l’énergie circule dans un ensemble homothétique (San Francisco). Aucun des 5 membres n’est en reste et les 5 membres du quintet s’entendent aussi distinctivement qu’ils se confondent dans le son du groupe.

Cette musique qui vit et parle aux sens , vibre et frémit au drive de Marguet.

Quintet poétique. Quintet irrésistible.

Jean-Marc Gelin

 

ecoutez des extraits ici

 

Défaut des envois promotionnels : l’exemplaire qui nous a été envoyé ne contient pas le DVD vendu avec le disque  et qui ( paraît-il) présente ce répertoire joué lors d’un concert donné à Strasbourg à l’automne 2010. On compte sur le lecteur pour nous raconter…..

 

 

Voir les 0 commentaires
Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Recevoir les dnj

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés