Toutes les parutions

old_kro.jpg

Dernières parutions

 

`

 

DAHAN

  MELANIE DAHAN 


 

cholet

CHOLET KÄNZIG PAPAUX


 

un poco loco

ONJAZZ FABRIC U’ : "Un poco loco"


 

nicodri

 

NICODRI Trio


 

antonio 1

 

ANTONIO SANCHEZ 


 

cocktails-at-dusk-chris-connor

RAN BLAKE : " Cocktail at Dusk : a noir tribute to Chris Connor"

 

birdies

SYLVIE COURVOISIER / MARK FELDMAN / SCOTT COLLEY/ BILLY MINTZ

encho
     David ENHCO : "Layers"

ob 8a1c4c stefano-di-batista-sylvain-luc-quart
     Stefano di Battista et Sylvain Luc 

jamie-cullum-interlude-album-cover
     JAMIE CULLUM : « Interlude »

coax
    COAX : " Lent et sexuel "

capucine
   Capucine Ollivier Trio 

 

amsallem
  FRANCK AMSALLEM SINGS vol. II

 

open 

GUILLAUME PERRET 

riccardo 

RICCARDO DEL FRA   

mark turner

  MARK TURNER   

cadillac palace  Cadillac Palace  

bad plus 

  BAD PLUS          

erdman

Daniel Erdmann Christophe Marguet 

 

orins

Stefan Orins Trio

 

leonide

JERRY LEONIDE

 

circum

Circum Grand Orchestra- 12

 

FACE POCHETTE PARIS

ORCHESTRE NATIONAL DE JAZZ 

vipassana 600x600

Eric Harland :” Vipassana”

bruno ruder

BRUNO RUDER

desandrepulse

XAVIER DESANDRE NAVARRE

elio-villafranca-jass-syncopators-caribbean-tinge

ELIO VILLAFRANCA & the Jazz Syncopators

ofarrill

ARTURO O’FARRILL – AFRO LATIN JAZZ ORCHESTRA

Enjoy

Bobby Hutcherson 

Thomas-Savy-Bleu-300x300

THOMAS SAVY

joshuaredman trios cover

JOSHUA REDMAN 

ColePorter

COLE PORTER : Greatest Songs

Alto Sax Legends Cristal Records 250X250

Alto Sax legends

abirached

Paul Abirached & Alain Jean-Marie

Bossa-Nova-l-ame-boheme-du-Bresil cdc big

Eternelle Bossa Nova

luck dog

Lucky Dog

initiative-h-album-300x300

DEUX EX MACHINA

elephant-walk-web

LAURENT MARODE

marialy

MARIALY PACHECO 

soro

SCHWAB SORO

antoine-berjeaut-wasteland

ANTOINE BERJEAUT

jazz-for-dogs

Jean Michel Bernard : " Jazz for Dogs"

brian blade landmarks

BRIAN BLADE & THE FELLOWSHIP BAND

PaulBley

Paul Bley 

enrico pieranunzi marc johnson joey baron play morricone

Enrico Pieranunzi :

« Plays Morricone 1 et 2 »

kartet

KARTET :

"Grand Laps"

robin

  Laurent Robin :

« Movie’zz »

the bad plus the rite of spring 1

  Bad Plus : « The rite of Spring »

ambroseakinmusireimaginedsavior

   Ambrose Akinmusire

  " The imagined savior is far easier to paint"

VisuelAlbum medium

   Alfredo Rodriguez The Invasion Parade

algebre cd

   François Cotinaud : "Algèbre"

Joachim Kuehn Trio Voodoo Sense c Act Music Jazz A 4baa9b0c

 

moscow

  JOACHIM KÜHN

twenty

  André CECCARELLI/Jean-Michel PILC/ Thomas BRAMERIE : " Twenty"

omeravital 

  OMER AVITAL

« New Song »   

 mehliana-taming-the-dragon-450  BRAD MEHLDAU ET MARK GIULIANA   

  sophie-alour-shaker SOPHIE ALOUR : "SHAKER"    

  acapumco Julien DESPREZ :

" ACAPULCO"
   

  wollny MICHAEL WOLLNY TRIO
   

folmer.nicolasspherelive w NICOLAS FOLMER : « Sphere »
   

l amicale des sphinx 

RENZA BÔ : " L'amicale des Sphinx"
   

  geraud-portal.jpg
    GERAUD PORTAL 

Attention choc DNJ !

  paul lay
     Paul Lay 

  dominique-pifarely-time-geography
    Dominique Pifarély 

  JSB JRH
   JACQUES SCHWARZ-BART 

  arild
  ARILD ANDERSEN : « Mira »

  novrasli cover
  SASHIN NOVRASLI 

  ete
 

ETE trio Emler Tchamitchian Echampard : " Sad and Beautiful"

  thomas-de-pourquery-supersonic-play-sun-ra  

THOMAS DE POURQUERY SUPERSONIC

  journal intime

JOURNAL INTIME

  jeff ballard trio 

JEFF BALLARD

  carrothers.bill sundaymorning w  Bill Carrothers :

" SUNDAY MORNING"

  jass JASS

  gaubert-ceccarelli-top lignesud w

Ligne Sud trio

  iyer ladd

VIJAY IYER & MIKE LADD : "Holding It Down"

Darche.Alban My.Xmas.Trax w Alban Darche :"my Xmas traX"

marjolaine 

Marjolaine REYMOND  

coffret

Coffret Jazz Magazine-Jazzman-Wagram. 5 cd+livret    

BILL-MOBLEY-l-ORCHESTRE-d-AUVERGNE-Black-Elk-s-Dream-Space-

BILL MOBLEY et l’Orchestre d’Auvergne 

   

maalouf-illusions.jpg 

Ibrahim Maalouf « Illusions »

   

the-chamber-jazz-quartet-meets-andre-villeger

THE CHAMBER JAZZ QUINTET MEETS ANDRE VILLEGER 

   

voix-croisees-didier-levallet-quintet

Didier LEVALLET quintet 

   

pascal-niggenkemper-vision-7-L-eb9s1L

Pascal Niggenkemper Vision 7

   

rene-marie-i-wanna-be-evil-with-love-to-ertha-kit

RENEE MARIE

   

leloil.jpg

Christophe Leloil

   

olivier-boge-the-world-begins-today.jpg

Olivier BOGE

   

big 0 Unitrio page2 cover

  ARGENTIERI, BOREY, TISSOT

LINX CHEVALIER

  DAVID CHEVALLIER & DAVID LINX

dupont.hubert_jasmin_w-copie-1.jpg

  HUBERT DUPONT

Tribute-To-Radiohead-Vol2

  AMNESIAC QUARTET

pj5 word w1

  PJ5 : « Word »

morelli

  EMMANUEL BEX / NICO MORELLI

antoine herve 3

  Coffret Les pianistes : La leçon de jazz d’Antoine Hervé

marc cary

  Marc CARY Focus Trio

Tenor Sax - visuel 300 DPI

  Tenor sax legends

shai

  SHAI MAESTRO

cover riomar 400

  NILS WOGRAM

herve.antoine brubeck wide w

  ANTOINE HERVE : « La leçon de jazz : Dave Brubeck »

denis levaillant

  DENIS LEVAILLANT

gillespie koller

  NDR 60 Years jazz Edition

Ahmad-Jamal-page-couv-Saturday

AHMAD JAMAL

ramberto

RAMBERTO CIAMMARUGHI

Liquid-Spirit

GREGORY PORTER : « Liquid Spirit »

laurent coq

Laurent Coq :

« Dialogue »

orioxy

ORIOXY : " The other strangers"

darcy-james-argue-brooklyn-babylon

DARCY JAMES ARGUE ‘s Secret society : « Brooklyn Babylon »

privat

Gregory Privat: « Tales of Cyparis »

schumacher

JAN SCHUMACHER :

 

trotignon

BAPTISTE TROTIGNON & MARK TURNER

bates blaser

MICHAEL BATES & SAMUEL BLASER QUINTET

marguet-christophe-sextet constellation

CHRISTOPHE MARGUET sextet 

charmasson.r-jaume.a-gress-d-rainey.t flybabyfly w

CHARMASSON / GRESS / JAUME / RAINEY 

marre 

MICHEL MARRE 

choros do brazil - oboman aquarela JEAN-LUC FILLON & AQUARELA

Oboman Ithursarry   JEAN-LUC FILLON & DIDIER ITHURSARRY

coverthisisatrioFRANCK VAILLANT

  Massaliajazz  Massaliazz   

  carrothers   BILL CARROTHERS 

  BONACINA   CELINE BONACINA 

  Cecile-McLorin-Salvant--WomanChild  CECIL MC LORIN SALVANT 

  polish jazz quartet 450 POLISH JAZZ QUARTET

  Cover-Galliano Vivaldi

Richard Galliano

  tristan

Tristan Loriaut

  Heliopolis-def

ALEXANDRA GRIMAL

  station-mir-christophe-monniot-932964373 ML

CHRISTOPHE MONNIOT

  craig-taborn-trio-chants CRAIG TABORN

  gabel

DENIS Gäbel

  metheny-tap-zorn-2013

PAT METHENY

  sebtexier SEBASTIEN TEXIER

(S. Chambon)

  sebtexier

SEBASTIEN TEXIER
(Jm Gelin)

 Rémi CHARMASSON quintet -The Wind cries Jimi

REMI CHARMASSON

rusconi-revolution

RUSCONI

cathala

SYLVAIN CATHALA

  camilo MICHEL CAMILO 

 

  pochette-Peirani

  VINCENT PEIRANI 

 

  bigre

  BIGRE ! 

  seguron solo pour trois

 GUILLAUME SEGURON

  windsofchangecover-web-mini DAVID LINX & DIEDERICK WISSELS 

 

  panossian bbang REMI PANOSSIAN 

  patrick-favre-origines PATRICK FAVRE

  covermonk n roll

FRANCESCO BEARZATTI TINISSIMA qtet

  tepfer wendel

BEN WENDEL & DAN TEPFER 

  chausse lajudie

STÉPHANE CHAUSSE & BERTRAND LAJUDIE   

  YounSunNah Lento w001

 

YOUN SUN NAH   

  bow 

TCHANGODEI & Steve LACY & Oliver JOHNSON

   

  charles-lloyd-jason-moran-hagars-song

CHARLES LLYOD & JASON MORAN

   

  antonio sanchez

ANTONIO SANCHEZ

   

  romanonew-blood-plays-the-connection-aldo-romano

Aldo Romano New Blood Quartet

   

 Christophe Dal Sasso - Ressac 

CHRISTOPHE DAL SASSO 

   

  ROY-Guillaume FromScratch w001 Guillaume ROY Alto Solo  

   

  Jan Lundgren - The Man In The Fog JAN LUNDGREN   

  BenGoldberg1

 

Unfold Ordinary Mind - new

  2 petits bijoux du clarinettiste de BEN GOLDBERG

  coffrets perspective VOGUE 2

  Jazz on Vogue

 diego imbert 

  DIEGO IMBERT & MICHEL PEREZ

  Sylvia Howard  SYLVIA HOWARD & The Black label swingtet 

  samythiebault SAMY THIEBAULT 

 

  david enhco DAVID ENHCO

 

 

  chris-potter-the-sirens

CHRIS POTTER 

 

 lesdoigtsdelhomme-copie-1

LES DOIGTS DE L'HOMME 

 

TheDrops Spray w001

THE DROPS

 

ParisJazzUnderground

Paris Jazz Underground

 

Sidony recto recadree

SIDONY BOX

 

pierre-perchaud-waterfalls

PIERRE PERCHAUD : «Waterfalls »

 

paolo-fresu-desertico-20130107074635

PAOLO FRESU Devil Quartet : “DESERTICO”

 

mingus mosaic

CHARLES MINGUS : « The jazz workshop concerts 1964-1965 »

 

NBLIve

NIK BÄRTSCH’s RONIN : « live »

 

loustalot

YOANN LOUSTALOT

 

Bruno Tocanne

BRUNO TOCANNE

 

PIERRICK PEDRON-

PIERRICK PEDRON

 

das kapital loves christmas

DAS KAPITAL LOVE CHRISTMAS

 

Caravaggio

CARAVAGGIO #2


Mouratoglou-Philippe Steady-Rollin-Man w002

PHILIPPE MOURATOGLOU - JEAN-MARC FOLTZ - BRUNO CHEVILLON


fillon

JEAN-LUC FILLON – DIDIER ITHURSARRY :

Sylvie Courvoisier rencontre les DNJ

Jeudi 20 novembre 2014 4 20 /11 /Nov /2014 18:19


Avec Franck Amsallem, Pierre de Bethmann, Thomas Enhco, Manuel Rocheman, Baptiste Trotignon, (piano), Thomas Bramerie (basse), Lukmil Perez (batterie).
Backstage/L’autre distribution

 

DAHAN.jpg

 

Encore une chanteuse, me direz-vous…Elle ne nous est pas tout à fait inconnue, Mélanie Dahan. On l’avait remarquée par des choix artistiques hors des sentiers battus pour ses deux premiers albums, l’un dédié à la chanson française, l’autre aux courants latins. Une personnalité qui illustre toujours son troisième disque. Certes le répertoire s’y révèle des plus classiques, les airs consacrés, mille fois entendus de la chanson et du jazz américains. Jugez un peu, Cole Porter, Victor Young, Herbie Hancock, Benny Golson…
Le choix de ces titres a été effectué en harmonie avec les pianistes invités, Franck Amsallem, Pierre de Bethmann, Thomas Enhco, Manuel Rocheman, Baptiste Trotignon. Pourquoi ces cinq-là ? Réponse de Mélanie en forme de portrait express : « Franck ?, « le swing », Pierre « Une frénésie réjouissante », Thomas, « la délicatesse mélodique », Manuel « Coloriste raffiné et subtil », Baptiste « La virtuosité éclairée ».
Résultat : un puzzle réjouissant où Thomas Bramerie (contrebasse) et Lukmil Perez, (batterie) apportent leur pièce avec justesse et vélocité. Un beau voyage au pays des sons et des songes avec des titres éternels Whisper Not, Every Time We Say Goodbye, Star Eyes, Dedicated to You, What’s new. Et surtout une voix qui ne manque pas de sel et de swing.

  Jean-Louis Lemarchand

 

En concert les 27 et 28 novembre au Sunside (75001) avec Thomas Bramerie et Lukmil Perez et Pierre de Bethmann et Baptiste Trotignon (27), Manuel Rocheman et Franck Amsallem (28).

 

 

 

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Dimanche 16 novembre 2014 7 16 /11 /Nov /2014 16:19

visuel D'Jazz Nevers Festival 2014

On ne vient pas seulement à Nevers pour célébrer Marguerite Duras (1914-96) dans la Rue de l’Oratoire rebaptisée de son nom en souvenir du tournage ici même d’Hiroshima mon amour par Alain Resnais. En novembre, les fondus de la note bleue se donnent rendez-vous depuis 1997 pour retrouver D’Jazz Nevers Festival, bâti sur un triptyque artistique, soutien à la création, aux artistes émergents et à la scène européenne. Ils étaient encore un peu plus nombreux pour cette 28ème édition (8-15 novembre), se félicite son directeur Roger Fontanel. Des Neversois et des Nivernais pour la plupart (70 %) mais aussi des habitués parisiens ou même étrangers attirés par la riche diversité de l’offre avec 30 concerts, de midi à minuit, et des tarifs étudiés (22 euros au maximum pour le double concert du soir au prix fort et 8 euros pour les moins de 18 ans). Impressions d’une immersion de 24 heures les 13-14 novembre dans la cité nivernaise.

WOODcChristophe-Alary.jpg

12 h. Pac des Ouches. La petite salle voûtée n’a plus une chaise de libre pour cette heure de jazz acoustique et gratuit. Atmosphère recueillie pour le duo Sébastien Boisseau (basse)-Matthieu Donarier (saxophones, clarinette). Musique à l’état brut mais non sans finesse. Belle évocation de Duke Ellington (Fleurette Africaine) et de Budapest, en salut à un label hongrois qui avait produit le duo. Aérien Donarier et terrien Boisseau sont à l’unisson. A retrouver sur « Wood » (Yolk), album disponible aussi en vinyl, comme c’est de plus en plus la tendance.

15h. Maison de la Culture. Débat sur « la pertinence d’un outil ressource pour le jazz et les musiques improvisées ». En clair, comment mettre à la disposition des professionnels –artistes, agents, organisateurs, journalistes…- les informations pratiques sur le milieu après la disparition en mai dernier du Centre d’Information sur le Jazz, animé par Pascal Anquetil. Deux heures d’échanges pour asséner une vérité, la nécessité de maintenir cette base documentaire et de faire le forcing auprès des instances officielles pour dégager un financement.

20.30. Maison de la Culture. Sur scène, un nonette français qui présente sa relecture du chef d’œuvre de Carla Bley, Escalator over the Hill. Un travail collectif de deux ans engagé avec le feu vert de la créatrice et qui se veut, commente le batteur Bruno Tocanne, un des co-initiateurs du projet avec le bassiste Bernard Santacruz, « ni nostalgique, ni obséquieux ». En tournée en Europe –une dizaine de dates encore prévues- Over The Hills rend bien-avec un effectif réduit-la majesté, la fougue libertaire de l’opéra-jazz des années 70. Mention particulière ce soir au chanteur et claviériste électronique Antoine Läng. Les 500 spectateurs sont scotchés. Et visiblement Steve Swallow aussi qui salue la performance en introduction de son concert en seconde partie de soirée. steve-swallow-quintet---marzena-ostromecka-copie-1.jpgQuintet de luxe, tout de noir vêtu, emmené par Steve (basse électrique) et Carla Bley (orgue Hammond), avec Jorge Rossy (batterie), Steve Cardenas(guitare) et Chris Cheek (saxo ténor). Ces cinq là vont à l’essentiel. Le résultat est très cadré et la forme tour à tour acérée et ronde. Grande classe. Chapeau bas les deux séniors de 70 printemps et quelque (Carla et Steve).

Lendemain 10.30. Auditorium Jean Jaurès. Devant une petite centaine de collégiens, Jean-Charles Richard présente « Traces » (Abalone) aux saxophones (soprano et baryton) en compagnie de Peter Herbert (bassiste autrichien) et Christophe Marguet (batteur parisien). Une heure de jouage et d’échanges où le saxophoniste à la double formation (jazz et classique) présente sa conception esthétique, évoque Vienne, Freud, le dodécaphonisme et Schönberg.

12 h. Pac des Ouches.Jean-Charles-RichardcJean-Michel-REGENT.jpg Humour et déconstruction au programme pour Un Poco Loco, trio qui, comme son nom l’indique, salue l’œuvre de Bud Powell mais plus largement les jazzmen des années 50 (on se reportera à la chronique enchantée de Sophie Chambon). Coup de chapeau

©Jean-Michel Regent

aux Dizzy Gillespie, Kenny Dorham, Lee Morgan, « sans tambour ni trompette », glisse le tromboniste Fidel Fourneyron. Effets de souffle pour Fidel et Geoffroy (Gesser, saxo ténor et clarinette), pincements de cordes, jeu d’archet pour Sébastien Beliah (basse). Une (re)découverte d’un répertoire d’un bon demi-siècle avec brio et fraîcheur. Reprenant à son compte le titre d’un tube inoxydable, un témoin ose un (horrible) jeu de mots : « It’s now and Nevers ».

OTH--c-Yves-Dorison.jpg©Yves Dorison
 

 

 

 

 

Jean-Louis Lemarchand

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Vendredi 14 novembre 2014 5 14 /11 /Nov /2014 23:05

Une nouvelle ami e
3 novembre 2014
BOriginal by Cristal records
Distribution Sony Music entertainment
La bande originale du dernier film de François OZON
Musique originale de Philippe ROMBI
www.cristalrecords.com
une-nouvelle-amie.jpg
Voilà que le dernier film de François Ozon fait le buzz alors qu’il vient de sortir. Un nouveau conte mélo, un film « transgenre », un catalogue de provocations ? Le Français s’est il réellement déchaîné dans cette histoire qui s’inspire d’une nouvelle de Ruth Rendell ? Ce film stylisé, assez détaché du réel, suit un personnage masculin qui se transforme au cours du film, une histoire d’amour avec des obsessions morbides très troublantes, à la Hitchcock. Il va «ressusciter» une femme qui manque, Laura (autre clin d’œil à une disparue célèbre, celle du film d’Otto Preminger) en devenant Virginia, une nouvelle amie. Ainsi se comble peu à peu le vide créé par l’absence de l’être aimé avec un « personnage » qui aime les femmes au point de vouloir leur ressembler, « a cross dresser».
Pour suivre le film, avant ou après sa vision, le label rochelais Cristal records sort dans sa très épatante collection BOriginal, le « Cinemasong » du film pour reprendre le titre de l’excellente émission de Thierry Jousse sur France Musique. L’occasion de revenir sur une partition à la fois populaire et complexe, à l’image du film.
La B.O du film est de Philippe Rombi, le musicien attitré des films de François Ozon qui signe une belle partition mélodique, romantique et romanesque qui fait parfois songer à Bernard Hermann pour Alfred Hitchcock, l’un des cinéastes modèles de François Ozon, qui aime multiplier les fausses pistes. Il suit ici les étapes successives de transformation de chaque personnage, car il s’agit d’une double métamorphose, celle du mari David /Virginia et celle de l’amie Claire.
A l’image du film, la musique joue subtilement sur le mélange des tonalités, pouvant se définir comme « transgenre » elle aussi : de la « grande musique » avec le Mozart lyrique des Vêpres solennelles-Laudate Dominum K.339, qui fut choisie au montage, alors que d’autres thèmes étaient dans le scénario : dans la scène d’amour, s’imposait « Mon cœur s’ouvre à toi » de Camille Saint Saens mais le choix de l’interprétation est astucieux, car il s’agit, en écho au film, de celle de Klaus Nomi, qui dans les années 80 se travestissait en créature... Par contre, dans la scène capitale du club, un travesti reprend « Une Femme avec toi », le tube de Nicole Croisille qui fit fureur à l’époque : les paroles conviennent autant, si ce n’est plus à Claire, qu’à Virginia. D’ailleurs Anais Demoustier chante encore en fin de film, à l’hôpital, mais « a capella » cette fois « Une femme avec toi », preuve supplémentaire de l’inscription de la chanson dans le scénario même. Autre clin d’œil bienvenu, après le moment d’émotion du club, on entend le très adéquat «Follow me» de la toujours ambiguë Amanda Lear. Quant à la musique originale, composée, orchestrée et dirigée par Philippe Rombi (qui joue lui-même les thèmes de piano solo), elle a cet avantage d’être très vite familière, de rester dans l’oreille. Les titres des compositions portent souvent le nom des personnages, devenant ainsi un leitmotiv identificateur (« Laura », « Le parfum de Laura », « La vie sans Virginia », « C’est David maintenant») ou de lieux importants pour l’action comme « Créancy ». N’illustrant jamais au sens fade de doublage ou de surlignage, cette BO fait partie de l’intrigue au même titre que le maquillage, les costumes, et devient essentielle dans l’histoire.


Pour aller plus loin http://www.telerama.fr/cinema/l-adn-d-une-nouvelle-amie-de-francois-ozon,118744.php

www.cinezik.org/critiques/affcritique.php?titre=une-nouvelle-amie

Sophie Chambon


Voir les 0 commentaires
Lundi 10 novembre 2014 1 10 /11 /Nov /2014 19:40

 

 Inauguration du nouveau Crescent

 

 

Si la mémoire du jazz existe aussi par les lieux qui l’ont produit, alors le Crescent à Macon figure au Panthéon de ces clubs mythiques de l’hexagone au même titre que le Panonica à Nantes, le Petit Faucheux à Tours et quelques autres encore.

Car les bourguignons et au delà gardent en mémoire les folles soirées de ce club où depuis 1994 à l’intiative de François Gallix, Eric Prost et Laurent Sarrien quelques héros du jazz faisaient bouger les murs et que d’autres les faisaient s’écrouler à des heures avancées du petit matin.

 crescent-1.JPG

Avec l’aide d’une formidable municipalité et des partenaires publics et privés, le Crescent fait aujourd’hui peau neuve dans un magnifique petit écrin en plein centre ville. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le fait d’avoir des fonds publics ainsi investis dans un lieu du jazz est une sorte de rêve éveillé dont pas mal de communes pourraient ( rêvons-le ) s’inspirer.

 


Endroit superbe en forme de cave voûtée et pierres sèches apparentes avec, dans ce lieu en plein coeur des vignobles de bourgogne, place faite au vin avec un magnifique espace de dégustation de Pouilly Fuissé comme on les aime.

 crescent2.JPG

 

Pour l’inauguration, en cette veille de Toussaint Le Crescent nouveau avait choisi non pas de fêter les morts mais plutôt de les réveiller avec un plateau de jeunes et moins jeunes jazzmen du cru pour une soirée de lancement bouillante à souhait au cours de laquelle les héros du jour se nommaient Boris Blachet, Bruno Ruder, Nacim  Eric Prost et toute la bande.

 crescent-3.JPG

 

 

Si vous passez en Bourgogne faites donc une halte au crescent version revival. Vous ne le regretterez pas.

http://crescent.gandi.ws/agenda

 

Et puis tiens tant qu’on y est, après vous être saoulé de jazz toute la nuit nous vous conseillons, au petit matin de traverser les vignes encore nappées de brouillard sous lequel le soleil darde ses premiers rayons, pour monter pas loin de Solutré, non pour y faire pèlerinage mais pour découvrir en plein Fuissé le domaine familial de Château Vincent. Croyez nous sur parole, il n’y a rien de mieux pour accompagner le jazz !

Jean-marc Gelin

 

 

Retrouvez ici l'agenda du Crescent new look

 

A Visiter aussi  : le Chateau Vincent Fuissé Vincent 

 

 

 

Ecrire un commentaire
Voir les 1 commentaires
Lundi 10 novembre 2014 1 10 /11 /Nov /2014 11:40

Couv-provsioire_BLUE_NOTE.jpg

Blue Note, le meilleur du jazz depuis 1939. Richard Havers, traduction Christian Gauffre. 416 pages, 450 photos et fac similés. 27,7 X 21,6 relié. Editions Textuel. 59 euros.

Voilà un livre qui vaut son pesant de savoirs et d’émotions et justifie amplement de casser sa tirelire. C’est un pavé et pas seulement de bonnes intentions. L’histoire d’un des labels qui ont marqué –et marquent encore- l’histoire du jazz. Blue Note, deux mots pour voyager à travers le jazz sur 75 ans, des virtuoses du boogie-woogie (Ammons et Lewis) aux explorateurs des nouvelles voies (Glasper et Moran) pour se limiter aux seuls pianistes.

Publié à l’occasion des ¾ de siècle de la compagnie de disques (1), cette brique à couverture … bleue séduit d’entrée de jeu par la richesse de son iconographie : des pochettes de disques présentées souvent en pleine page et qui mettent en valeur le talent du graphiste Reid Miles, des « planches contacts » de photos prises en studio souvent par Francis Wolff, un des patrons du label lui-même… L’amateur y retrouve aussi des analyses des disques majeurs- du label, de Sidney Bechet (en 1940) à Gregory Porter (en 2013) témoignant de la diversité du catalogue du label désormais dans l’escarcelle d’Universal Music Group.  La sélection porte sur 75 albums dont dix pour 1964, année prolifique avec Lee Morgan, Wayne Shorter, Tony Williams, Herbie Hancock, Art Blakey …

Journaliste spécialiste de musique, auquel on doit un ouvrage sur Frank Sinatra, Richard Havers évoque avec précision l’histoire de Blue Note, ne serait-ce que sur les débuts audacieux à New York en 1939.  Installé dans la métropole depuis 1936, Alfred Lion (1908-1987), qui avait fui l’Allemagne nazie, gagnait sa vie dans l’import-export mais pas suffisamment pour concrétiser sa passion pour le jazz. D’où son association avec un écrivain et musicien aux idées de gauche, Max Margulis, et un poète et critique théâtral, Emanuel Eisenberg, pour fonder, le 25 mars 1939, Blue Note Records. Ce n’est que quelques mois plus tard que l’équipe dirigeante du jeune label sera renforcée par l’arrivée fin octobre d’un camarade d’enfance berlinois d’Alfred Lion, issu également d’un milieu « intellectuel et bohème », Francis Wolff, qui avait obtenu un visa de sortie in extremis alors que les nazis avaient déjà envahi la Pologne.

L’aventure Blue Note pouvait dès lors commencer avec une volonté affichée de se différencier des majors du disque : des choix artistiques « sans compromissions commerciales », assurait leur premier communiqué de presse, graphisme éclatant, un format de disque de 30 cm généralement réservé à la musique classique, et non de 25 cm, la norme alors pour le jazz, pour donner aux artistes la possibilité de s’exprimer largement, un prix de vente également plus élevé (1,50 dollar le disque vendu initialement seulement par correspondance, soit deux fois le prix de vente moyen des 25 cm en magasin). Stoppée près de deux ans (1941-43), comme les autres compagnies, par la grève du syndicat des musiciens-qui demandait une juste rémunération notamment pour la diffusion des albums à la radio-la production de Blue Note prendra véritablement la voie de la modernité en 1944 avec l’engagement comme directeur artistique du saxophoniste Ike Quebec. Bientôt le label allait signer Fats Navarro, Thelonious Monk, Miles Davis, Bud Powell, Art Blakey…. Blue Note entrait alors dans l’histoire du jazz. Le tandem Lion-Wolff allait atteindre son apogée dans les années 50-60 avec l’embauche de deux hommes à forte personnalité artistique, Reid Miles, graphiste, et Rudy Van Gelder, ingénieur du son travaillant sur sa console avec des gants blancs. Tout un symbole de l’excellence qui identifie un label toujours vert à 75 printemps.

Jean-Louis Lemarchand

 

 


(1)  Un festival, Blue Note Xperia Lounge, est organisé à Paris du 18 au 23 novembre avec des concerts à l’Olympia, la Gaîté Lyrique et les clubs de la Rue des Lombards. A l’affiche, Robert Glasper, Ambrose Akinmusire, Lionel Loueke, Oran Etkin, Sophie Alour, René Urtreger, Marcus Miller….On lira également le dossier spécial (40 pages) consacré au label par Jazz Magazine de novembre.

 

           

 

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires

recevoir les dnj

AZZ A PORQUEROLLES

jazz-porquerolles.jpg

 


Chercher dans les DNJ

Pages

la galaxie DNJ

logo-timekiwi.jpg icon-twitter.png facebook-logo.png
logo-G-.jpg logo-pearltrees.png logo-netvibes

Nous contacter

--- Envoyez-nous vos disques et maquettes ---

Jean-Marc Gelin

91 rue Villiers de l'Isle Adam

75020 Paris

@: jmgelin AT free.fr

Qui sommes nous?

  JEAN-MARC GELIN 

jmg.jpg

 

SOPHIE CHAMBON

Mariage RJM 06 09 148

  

 

YAEL ANGEL

yaël dnj

 

TRISTAN LORIAUT

tristan.JPG

 

Jérôme Gransac

Mon-avatar

  JEAN-LOUIS LEMARCHAND

 

LEMARCHAND-Jean-Louis-10

 

 

 

 



 

 


 

 

 

 

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés