Toutes les parutions

old_kro.jpg

Dernières parutions

 

VisuelAlbum medium

   Alfredo Rodriguez The Invasion Parade

algebre cd

   François Cotinaud : "Algèbre"

Joachim Kuehn Trio Voodoo Sense c Act Music Jazz A 4baa9b0c

 

moscow

  JOACHIM KÜHN

twenty

  André CECCARELLI/Jean-Michel PILC/ Thomas BRAMERIE : " Twenty"

omeravital 

  OMER AVITAL

« New Song »   

 mehliana-taming-the-dragon-450  BRAD MEHLDAU ET MARK GIULIANA   

  sophie-alour-shaker SOPHIE ALOUR : "SHAKER"    

  acapumco Julien DESPREZ :

" ACAPULCO"
   

  wollny MICHAEL WOLLNY TRIO
   

folmer.nicolasspherelive w NICOLAS FOLMER : « Sphere »
   

l amicale des sphinx 

RENZA BÔ : " L'amicale des Sphinx"
   

  geraud-portal.jpg
    GERAUD PORTAL 

Attention choc DNJ !

  paul lay
     Paul Lay 

  dominique-pifarely-time-geography
    Dominique Pifarély 

  JSB JRH
   JACQUES SCHWARZ-BART 

  arild
  ARILD ANDERSEN : « Mira »

  novrasli cover
  SASHIN NOVRASLI 

  ete
 

ETE trio Emler Tchamitchian Echampard : " Sad and Beautiful"

  thomas-de-pourquery-supersonic-play-sun-ra  

THOMAS DE POURQUERY SUPERSONIC

  journal intime

JOURNAL INTIME

  jeff ballard trio 

JEFF BALLARD

  carrothers.bill sundaymorning w  Bill Carrothers :

" SUNDAY MORNING"

  jass JASS

  gaubert-ceccarelli-top lignesud w

Ligne Sud trio

  iyer ladd

VIJAY IYER & MIKE LADD : "Holding It Down"

Darche.Alban My.Xmas.Trax w Alban Darche :"my Xmas traX"

marjolaine 

Marjolaine REYMOND  

coffret

Coffret Jazz Magazine-Jazzman-Wagram. 5 cd+livret    

BILL-MOBLEY-l-ORCHESTRE-d-AUVERGNE-Black-Elk-s-Dream-Space-

BILL MOBLEY et l’Orchestre d’Auvergne 

   

maalouf-illusions.jpg 

Ibrahim Maalouf « Illusions »

   

the-chamber-jazz-quartet-meets-andre-villeger

THE CHAMBER JAZZ QUINTET MEETS ANDRE VILLEGER 

   

voix-croisees-didier-levallet-quintet

Didier LEVALLET quintet 

   

pascal-niggenkemper-vision-7-L-eb9s1L

Pascal Niggenkemper Vision 7

   

rene-marie-i-wanna-be-evil-with-love-to-ertha-kit

RENEE MARIE

   

leloil.jpg

Christophe Leloil

   

olivier-boge-the-world-begins-today.jpg

Olivier BOGE

   

big 0 Unitrio page2 cover

  ARGENTIERI, BOREY, TISSOT

LINX CHEVALIER

  DAVID CHEVALLIER & DAVID LINX

dupont.hubert_jasmin_w-copie-1.jpg

  HUBERT DUPONT

Tribute-To-Radiohead-Vol2

  AMNESIAC QUARTET

pj5 word w1

  PJ5 : « Word »

morelli

  EMMANUEL BEX / NICO MORELLI

antoine herve 3

  Coffret Les pianistes : La leçon de jazz d’Antoine Hervé

marc cary

  Marc CARY Focus Trio

Tenor Sax - visuel 300 DPI

  Tenor sax legends

shai

  SHAI MAESTRO

cover riomar 400

  NILS WOGRAM

herve.antoine brubeck wide w

  ANTOINE HERVE : « La leçon de jazz : Dave Brubeck »

denis levaillant

  DENIS LEVAILLANT

gillespie koller

  NDR 60 Years jazz Edition

Ahmad-Jamal-page-couv-Saturday

AHMAD JAMAL

ramberto

RAMBERTO CIAMMARUGHI

Liquid-Spirit

GREGORY PORTER : « Liquid Spirit »

laurent coq

Laurent Coq :

« Dialogue »

orioxy

ORIOXY : " The other strangers"

darcy-james-argue-brooklyn-babylon

DARCY JAMES ARGUE ‘s Secret society : « Brooklyn Babylon »

privat

Gregory Privat: « Tales of Cyparis »

schumacher

JAN SCHUMACHER :

 

trotignon

BAPTISTE TROTIGNON & MARK TURNER

bates blaser

MICHAEL BATES & SAMUEL BLASER QUINTET

marguet-christophe-sextet constellation

CHRISTOPHE MARGUET sextet 

charmasson.r-jaume.a-gress-d-rainey.t flybabyfly w

CHARMASSON / GRESS / JAUME / RAINEY 

marre 

MICHEL MARRE 

choros do brazil - oboman aquarela JEAN-LUC FILLON & AQUARELA

Oboman Ithursarry   JEAN-LUC FILLON & DIDIER ITHURSARRY

coverthisisatrioFRANCK VAILLANT

  Massaliajazz  Massaliazz   

  carrothers   BILL CARROTHERS 

  BONACINA   CELINE BONACINA 

  Cecile-McLorin-Salvant--WomanChild  CECIL MC LORIN SALVANT 

  polish jazz quartet 450 POLISH JAZZ QUARTET

  Cover-Galliano Vivaldi

Richard Galliano

  tristan

Tristan Loriaut

  Heliopolis-def

ALEXANDRA GRIMAL

  station-mir-christophe-monniot-932964373 ML

CHRISTOPHE MONNIOT

  craig-taborn-trio-chants CRAIG TABORN

  gabel

DENIS Gäbel

  metheny-tap-zorn-2013

PAT METHENY

  sebtexier SEBASTIEN TEXIER

(S. Chambon)

  sebtexier

SEBASTIEN TEXIER
(Jm Gelin)

 Rémi CHARMASSON quintet -The Wind cries Jimi

REMI CHARMASSON

rusconi-revolution

RUSCONI

cathala

SYLVAIN CATHALA

  camilo MICHEL CAMILO 

 

  pochette-Peirani

  VINCENT PEIRANI 

 

  bigre

  BIGRE ! 

  seguron solo pour trois

 GUILLAUME SEGURON

  windsofchangecover-web-mini DAVID LINX & DIEDERICK WISSELS 

 

  panossian bbang REMI PANOSSIAN 

  patrick-favre-origines PATRICK FAVRE

  covermonk n roll

FRANCESCO BEARZATTI TINISSIMA qtet

  tepfer wendel

BEN WENDEL & DAN TEPFER 

  chausse lajudie

STÉPHANE CHAUSSE & BERTRAND LAJUDIE   

  YounSunNah Lento w001

 

YOUN SUN NAH   

  bow 

TCHANGODEI & Steve LACY & Oliver JOHNSON

   

  charles-lloyd-jason-moran-hagars-song

CHARLES LLYOD & JASON MORAN

   

  antonio sanchez

ANTONIO SANCHEZ

   

  romanonew-blood-plays-the-connection-aldo-romano

Aldo Romano New Blood Quartet

   

 Christophe Dal Sasso - Ressac 

CHRISTOPHE DAL SASSO 

   

  ROY-Guillaume FromScratch w001 Guillaume ROY Alto Solo  

   

  Jan Lundgren - The Man In The Fog JAN LUNDGREN   

  BenGoldberg1

 

Unfold Ordinary Mind - new

  2 petits bijoux du clarinettiste de BEN GOLDBERG

  coffrets perspective VOGUE 2

  Jazz on Vogue

 diego imbert 

  DIEGO IMBERT & MICHEL PEREZ

  Sylvia Howard  SYLVIA HOWARD & The Black label swingtet 

  samythiebault SAMY THIEBAULT 

 

  david enhco DAVID ENHCO

 

 

  chris-potter-the-sirens

CHRIS POTTER 

 

 lesdoigtsdelhomme-copie-1

LES DOIGTS DE L'HOMME 

 

TheDrops Spray w001

THE DROPS

 

ParisJazzUnderground

Paris Jazz Underground

 

Sidony recto recadree

SIDONY BOX

 

pierre-perchaud-waterfalls

PIERRE PERCHAUD : «Waterfalls »

 

paolo-fresu-desertico-20130107074635

PAOLO FRESU Devil Quartet : “DESERTICO”

 

mingus mosaic

CHARLES MINGUS : « The jazz workshop concerts 1964-1965 »

 

NBLIve

NIK BÄRTSCH’s RONIN : « live »

 

loustalot

YOANN LOUSTALOT

 

Bruno Tocanne

BRUNO TOCANNE

 

PIERRICK PEDRON-

PIERRICK PEDRON

 

das kapital loves christmas

DAS KAPITAL LOVE CHRISTMAS

 

Caravaggio

CARAVAGGIO #2


Mouratoglou-Philippe Steady-Rollin-Man w002

PHILIPPE MOURATOGLOU - JEAN-MARC FOLTZ - BRUNO CHEVILLON


fillon

JEAN-LUC FILLON – DIDIER ITHURSARRY :

Vendredi 4 avril 2014 5 04 /04 /Avr /2014 20:24

 

Nouvelle série 10/ 2013

Le JAZZ AUJOURD’HUI

EDITIONS OUTRE MESURE

www.outre-mesure.net 

 les-cahiers.jpg

C’est peu dire que l’on attend toujours avec une certaine impatience la publication des  Cahiers du Jazz, nouvelle série. Et ce numéro 10,  dont le dossier est intitulé Le jazz aujourd’hui, a terminé  l’année 2013 en beauté.  On  y retrouve  la même exigence, la rigueur rédactionnelle qui animent les publications, toujours excellentes,  des éditions Outre mesure.

Isabelle Leymarie  présente en ouverture un panorama de la scène jazzistique actuelle d’une belle vitalité avant de dresser un portrait du regretté  Mulgrew Miller accompagné d’une discographie exhaustive du pianiste. Marilyn Crispell,  Steve Coleman auront droit à des articles circonstanciés  et  Etienne Brunet  lancera  non sans finesse,  que ce n’est pas « le  jazz qui est mort aujourd’hui mais le disque de jazz....»

On peut lire ces cahiers dans tous les sens, en rebondissant au hasard des pages, en se laissant entraîner par le jeu des associations, jouant de l’interdisciplinarité artistique : ainsi, Lucien Malson dans  Gatsby. De l’âge du jazz à l’âge du rap,  compare les deux dernières  versions cinématographiques américaines du(grand) livre de Francis Scott Fitzgerald, espacées tout de même de près de quarante ans [i],  Philippe Frechet  découpe finement  le Jazz dans le roman  noir français de Manchette à  Izzo, Villard ou Pagan ...  

Accompagnant  le dossier traité dans le numéro,  des études « sérieuses »  témoignent de l’essor de la recherche universitaire en musicologie, étudiant  de  très près, un musicien  et son style, ici «La singularité rythmique de Kurt Rosenwinkel », une période de la carrière d’un artiste ou l’évolution d’un  thème avec ses variations....

A la fois accessibles  pour les amateurs et suffisamment techniques pour les professionnels,  ces  Cahiers  s’attachent à la structure de cette musique et  en dévoilent  toutes les  promesses, sans négliger une perspective  historique indispensable de nos jours. On sera ainsi tenté de jeter un coup d’œil  dans le rétroviseur,  dans le miroir que tendait le trompettiste et compositeur Christian Bellest  en 1962,  déjà dans les  Cahiers,  sur  « L’écriture dans le jazz actuel ». Sont évoqués dans ce numéro  des souvenirs de Radio France et du Bureau du Jazz, ainsi que la démarche actuelle, favorisant « la continuité dans le changement », comme le souligne Xavier Prévost.

Passages en revue  est une rubrique où l’on revient sur l’actualité avec deux parutions du confrère  éditeur des Pyrénées Orientales, Alter Ego,  le formidable Hess-O-Hess que l’on se permet de recommander chaudement (à nouveau) et le non moins édifiant  Petit dictionnaire incomplet des incompris d’Alain Gerber[ii] .

Ainsi ces  Cahiers s’avèrent précieux pour  tous ceux qui,  justement, ne s’intéressent pas qu’à l’immédiateté, au « hic et nunc »,  à l’actualité promotionnelle du jazz, mais aiment à resituer inlassablement dans son contexte l’histoire de cette musique aimée.    



[i] On voudrait cependant signaler à Lucien Malson que dans  la version de 1974 de Jack Clayton, Nelson Riddle qui obtint un oscar pour la B.O du film, utilise le  thème d’Irving Berlin de 1923 « What ‘I’ll do » comme un leitmotiv très approprié à l’époque du  livre.   

[ii] Deux livres chroniqués avec enthousiasme  sur les DNJ...

 

Sophie Chambon

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Jeudi 3 avril 2014 4 03 /04 /Avr /2014 21:01

Mack Avenue Records. Mars 2014.

 

VisuelAlbum__medium.jpg

Vous connaissez (cela va sans dire) les classiques «  Quizas, Quizas, Quizas » et « Guantanamera ». Les versions ne manquent pas. Il faudra désormais compter avec celles du pianiste cubain Alfredo Rodriguez.

Produit par Quincy Jones- qui le présentera au grand public cet été au festival de Vienne (le 3 juillet sur la scène du Théâtre antique) après l’avoir découvert dans un autre festival géant, Montreux à l’époque de Claude Nobs- le musicien de La Havane apporte une touche sensiblement différente des autres pianistes cubains. Bien sûr il ne cache pas ses origines et s’inspire largement des différents courants s’exprimant à Cuba, comme par exemple la musica guajire (la « country music » de l’île). De formation classique, il a appris tous les styles de musique populaire cubaine en jouant dès son adolescence au sein d’un orchestre de danse animé par son père.

Il avait les bases, il a ajouté une touche de jazz nord-américain, acquise à New York où il réside depuis maintenant cinq ans, et il s’est ouvert également aux autres musiques d’Amérique Latine. Le groupe constitué pour ce deuxième album sous son nom reflète cette diversité : la contrebassiste-star et chanteuse Esperanza Spalding, les percussionnistes portoricains Perdito Martinez et Henry Cole.

Avec « The Invasion Parade », Alfredo Rodriguez explore ses souvenirs de Cuba. Ce titre , « The Invasion Parade » fait référence à une tradition cubaine, la parade annuelle se déroulant  à Santiago de Cuba pour commémorer « l’invasion »des rues de la ville par les citoyens manifestant leur bonheur après la victoire de l’armée de libération conduite par Fidel Castro). Un défilé où danseurs et percussionnistes de batteurs s’en donnent à cœur joie.

Les neuf morceaux sur « The Invasion Parade » comprennent aussi bien des chansons originales de Rodriguez que des standards (« Guantanamerra », « Quizas, Quizas, Quizas. » mais aussi « Veinte Anos») plusieurs compositions personnelles de ce cubain fougueux et délicat.

Jean-Louis Lemarchand

 

 

 

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Samedi 29 mars 2014 6 29 /03 /Mars /2014 20:57

 

Topologie d’un manège

www.jazzus.fr

 

algebre_cd.jpg

Voilà un titre poétique pour une musique insolite, celle du trio Algèbre constitué de deux soufflants très complémentaires, François Cotinaud (saxophone ténor, clarinette) et Daniel Beaussier (hautbois, cor anglais, clarinette basse, saxophone alto et soprano) et  d’un guitariste exceptionnel,  Pierre Durand. Ils s’amusent à déconstruire et mettre au point des formes libres, ouvertes, avec ou sans algorythmes, se jouant très sérieusement des titres et des formules dans cet album Topologie d’un manège. Adepte de recherches expérimentales, de « sound painting », d’improvisations et de poésie, le saxophoniste François Cotinaud s’est entouré de complices, en phase : en invités, on retrouve avec bonheur le contrebassiste  Bruno Chevillon  sur quatre titres, et deux batteurs formidablement différents qui se partagent l’album, François Merville et Denis Charolles. La musique a une réelle cohérence, une structure narrative dense sans être étouffante, entre jazz de chambre et musique contemporaine. Point de vibrantes démonstrations free mais un accord en demi-teinte, intimiste et rebelle. Ils brossent un arrière-pays à l’élégance savante qui se découvre lentement, au fil du temps dans cette traversée initiatique, clairement exposée et pourtant d’une luminosité ténue. Clair-obscur des textures affranchies du trio aux envolées plus excitantes encore en quintette. Un bien beau parcours, peu balisé qui suppose l’engagement d’une écoute attentive et complice. On est au cœur d’une aventure collective dans ces dix pièces méditatives ou ludiques, toutes teintées de ces recherches qui installent une atmosphère poétique, frémissante, lyrique, dans des tableaux sonores complexes mais captivants. La musique, sensible, se risque dans le souffle, tente la déclaration sans affrontement, évite plainte ou stridences. Un album spontané et fraternel qui  exalte la rencontre.

 Sophie Chambon

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Jeudi 27 mars 2014 4 27 /03 /Mars /2014 23:13

 

JOACHIM KÜHN & ALEXEY KRUGLOV : «  Moscow »

Act 2014

Joachim Kühn (p), Alexey Kruglov (ts,ss)

 moscow.jpg

 

JOACHIM KÜHN : “ Voodoo sense”

Joachim Kühn (p), Majid Bekkas (cb), Ramon Lopez (dms) + Archie Shepp (ts);

 Joachim_Kuehn_Trio_Voodoo_Sense_c_Act_Music_Jazz_A_4baa9b0c.png

 

 

A juste titre l’année 2014 sera entre autres marquée par un bel anniversaire, celui des 70 ans du pianiste de Liepzig. Musicien essentiel dans le paysage du jazz et ce depuis les années 70, le pianiste allemand qui fut l’un des compagnons du trio mythique qui l’associait à Daniel Humair et JF Jenny Clark (dont on réédite plusieurs albums aujourd’hui), Joachim Kühn est un sexagénaire étourdissant. Véritable force de la nature le pianiste apparaît dans une forme plus qu’éblouissante.

Le label ACT de Siggi Loch  qui l’abrite depuis quelques temps, ne manque donc pas de lui rendre un hommage appuyé avec la sortie rapprochée de rééditions mais aussi et surtout de plusieurs albums récents qui témoignent si besoin est de l’incroyable vitalité de Joachim Kühn. Et surtout de son absolue actualité.

Toujours à l’affût de nouvelles expériences musicales Joachim Kühn ne cesse en effet de multiplier les rencontres. Ouvert à toute remise en question de ses propres certitudes et de son propre champ d’expression Kühn donne l’image d’un jazzman jamais blasé, jamais à court d’envie ni d’idées. Toujours à l’affût de belles confrontations. On se souvient par exemple de la magnifique rencontre à 4 mains avec le jeune pianiste prodige et compatriote Michael Wollny qui fut éditée sur le même label, témoignage d’un concert assez inoubliable.

Dans le bien nommé «Moscow», Joachim Kûhn à l’occasion d’un déplacement en Russie a accepté la proposition de  l’institut Goethe de Moscou d’enregistrer avec talent de la scène moscovite, en l’occurrence le saxophoniste Alexey Kruglov.  Et c’est avec un sens du dialogue, de l’échange et du partage que le pianiste allemand dialogue avec ce musicien particulièrement expressif et engagé.

Car le saxophoniste qui affiche ici un sens un peu théâtral ne manque pas le rendez vous dans un moment d’une extrême intensité où la posture post aylerienne de Kruglov crie autre chose que la seule musique et insuffle un supplément d'âme parfois déchirant ( Because of mouloud) et presque exténuant. La musique évolue alors entre moments écrits très mélodiques et des libres improvisations free comme les aime le maître de Liepzig où ce dernier accompagne cette sorte de combat avec lui-même que semble se livrer le saxophoniste qui s’emballe parfois dans l'émotionnel. Tellement engagé qu'il en devient parfois théâtral ou à tout le moins mélo. La volonté d'en faire une expression tire-larme agace alors parfois par son côté limite mielleux ( Poet).

 

Mais au final si la rencontre ne porte pas tout à fait ses fruits, le pianiste y étant quand même très en retrait, elle porte à tout le moins la marque de l’extrême générosité de Joachim Kühn et son ouverture vers des horizons plus ou moins connus.

 

 

 

 

 

Avec Ramon Lopez et Majid Bekkas, l’affaire est d’un tout autre niveau. Le trio se connaît depuis de nombreuses années et a déjà à son actif trois albums avant celui-ci. Trio fusionnel s’il en est. Pas de round d’observation, mais plutôt une façon d’emblée de poser la musique sur des sommets exceptionnels. Il faut entendre cette lutte quasiment fratricide avec Ramon Lopez où tout deux parviennent à densifier de manière incroyable la musique, à lui donner vie, à l'animer en pulsation et en vibrations. Avec Majid Bekkas et son jeu très puissant et parfois très orientalisé ils forment là un trio powerful. Un supplément d’âme. Inspiré entre autres par l’album de Coltrane ( « Kulu Sé Mama » enregistré en 1965) dont il est repris le titre éponyme, « Voodoo sense » associe plusieurs invités à l’enregistrement et notamment Archie Shepp.

Le pianiste et le saxophoniste se connaissent bien et avaient l’an dernier scellé leurs retrouvailles en enregistrant un bel album et surtout en multipliant des concerts exceptionnels dans plusieurs festivals. Avec Archie Shepp on est là encore dans une forme d'expression tripale. Sauf que celle-là colle au blues du saxophoniste, colle à une expression qui est à fleur de peau et à fleur de mélodie. Avec la foi d’un enragé Shepp joue comme il chante à moins que ce ne soit le contraire. Avec toujours cet engagement total qui est le point commun à ces deux artistes sans concession.

Tout au long de l’album on frôle et même on atteint des sommets de densité, de groove et parfois même de transe. L’esprit de Coltrane plane dans cette séance ensorcelante. On plonge avec eux dans la moiteur de l’afrique et des racines du jazz.

 

Ces racines que le pianiste et le saxophoniste n’ont jamais cessé d’explorer.

Jean-Marc Gelin

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Jeudi 20 mars 2014 4 20 /03 /Mars /2014 07:39

 

Bonsaï Music www.bonsaimusic.fr 

Distribution  Harmonia Mundi/idol

twenty.jpg

Concert de présentation  le jeudi 27 mars au Sunset/Sunside à Paris

 

« 20 », pour 20 ans tout rond, c’est le titre du dernier opus du trio chez Bonsaï music, enregistré à Antibes en août dernier. Il fête autant d’années de collaboration musicale et d’amitié entre le batteur André Cecarelli, le pianiste Jean Michel Pilc et le contrebassiste Thomas Bramerie. Ces noces de porcelaine consacrent  une authentique (et belle) vision du jazz avec des reprises réussies, un « Old Devil Moon » très enlevé, « caliente » à point, « On Green Dolphin  Street » lunaire et fantomatique, deux  versions impeccables des « tubes » de Miles Davis «All Blues» et «Solar», une relecture plutôt «allumée» du cultissisme thème monkien «Straight no chaser». Comme le trio est français, il ne va pas se priver d’ajouter Brassens et Brel au répertoire, avec ce «Ne me quitte pas» élégiaque, version très subtile et douce.

          Ce disque doit beaucoup à la plume du pianiste Jean Michel Pilc que l’on retrouve  avec plaisir, même s’il  vit à NYC depuis (bien) longtemps. Ecoutez le titre éponyme où affleure sa sensibilité toujours à fleur de touche. Le trio est la formation musicale essentielle qui a marqué sa signature dans ses divers groupes et le pianiste arrive souvent à (re) créer un sentiment unique, d’un jazz intemporel, par un jeu fougueux,  singulier, vital.

          Un trio classique donc pour une musique qui l’est moins. Une tension constante  affleure sans aller jusqu’à l’explosion ou la cassure, du jazz qui  apparaît presque  atypique aujourd’hui. On se laisse emporter par la fluidité des lignes mélodiques, faites aussi de surprises : une musique de franche affirmation, déterminée et  sans compromis. André Ceccarelli se montre attentif, constamment sur le qui-vive. Thomas Bramerie est toujours formidable, tout en retenue, inventif et complice, le compagnon indispensable.

           Une alchimie travaillée, une musique qui reste dans l’oreille, une alternance élégante de thèmes. Alors, bon anniversaire, messieurs et souhaitons de vous écouter encore longtemps!

 

          Sophie Chambon

               

    

 

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires

recevoir les dnj

Chercher dans les DNJ

la galaxie DNJ

logo-timekiwi.jpg icon-twitter.png facebook-logo.png
logo-G-.jpg logo-pearltrees.png logo-netvibes

Nous contacter

--- Envoyez-nous vos disques et maquettes ---

Jean-Marc Gelin

91 rue Villiers de l'Isle Adam

75020 Paris

@: jmgelin AT free.fr

Qui sommes nous?

  JEAN-MARC GELIN 

jmg.jpg

 

SOPHIE CHAMBON

Mariage RJM 06 09 148

  

 

YAEL ANGEL

yaël dnj

 

TRISTAN LORIAUT

tristan.JPG

 

Jérôme Gransac

Mon-avatar

  JEAN-LOUIS LEMARCHAND

 

LEMARCHAND-Jean-Louis-10

 

 

 

 



 

 


 

 

 

 

Syndiquez vous!

  • Flux RSS des articles
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés