Toutes les parutions

old_kro.jpg

Dernières parutions

 

`

jamie-cullum-interlude-album-cover
     JAMIE CULLUM : « Interlude »

coax
    COAX : " Lent et sexuel "

capucine
   Capucine Ollivier Trio 

 

amsallem
  FRANCK AMSALLEM SINGS vol. II

 

open 

GUILLAUME PERRET 

riccardo 

RICCARDO DEL FRA   

mark turner

  MARK TURNER   

cadillac palace  Cadillac Palace  

bad plus 

  BAD PLUS          

erdman

Daniel Erdmann Christophe Marguet 

 

orins

Stefan Orins Trio

 

leonide

JERRY LEONIDE

 

circum

Circum Grand Orchestra- 12

 

FACE POCHETTE PARIS

ORCHESTRE NATIONAL DE JAZZ 

vipassana 600x600

Eric Harland :” Vipassana”

bruno ruder

BRUNO RUDER

desandrepulse

XAVIER DESANDRE NAVARRE

elio-villafranca-jass-syncopators-caribbean-tinge

ELIO VILLAFRANCA & the Jazz Syncopators

ofarrill

ARTURO O’FARRILL – AFRO LATIN JAZZ ORCHESTRA

Enjoy

Bobby Hutcherson 

Thomas-Savy-Bleu-300x300

THOMAS SAVY

joshuaredman trios cover

JOSHUA REDMAN 

ColePorter

COLE PORTER : Greatest Songs

Alto Sax Legends Cristal Records 250X250

Alto Sax legends

abirached

Paul Abirached & Alain Jean-Marie

Bossa-Nova-l-ame-boheme-du-Bresil cdc big

Eternelle Bossa Nova

luck dog

Lucky Dog

initiative-h-album-300x300

DEUX EX MACHINA

elephant-walk-web

LAURENT MARODE

marialy

MARIALY PACHECO 

soro

SCHWAB SORO

antoine-berjeaut-wasteland

ANTOINE BERJEAUT

jazz-for-dogs

Jean Michel Bernard : " Jazz for Dogs"

brian blade landmarks

BRIAN BLADE & THE FELLOWSHIP BAND

PaulBley

Paul Bley 

enrico pieranunzi marc johnson joey baron play morricone

Enrico Pieranunzi :

« Plays Morricone 1 et 2 »

kartet

KARTET :

"Grand Laps"

robin

  Laurent Robin :

« Movie’zz »

the bad plus the rite of spring 1

  Bad Plus : « The rite of Spring »

ambroseakinmusireimaginedsavior

   Ambrose Akinmusire

  " The imagined savior is far easier to paint"

VisuelAlbum medium

   Alfredo Rodriguez The Invasion Parade

algebre cd

   François Cotinaud : "Algèbre"

Joachim Kuehn Trio Voodoo Sense c Act Music Jazz A 4baa9b0c

 

moscow

  JOACHIM KÜHN

twenty

  André CECCARELLI/Jean-Michel PILC/ Thomas BRAMERIE : " Twenty"

omeravital 

  OMER AVITAL

« New Song »   

 mehliana-taming-the-dragon-450  BRAD MEHLDAU ET MARK GIULIANA   

  sophie-alour-shaker SOPHIE ALOUR : "SHAKER"    

  acapumco Julien DESPREZ :

" ACAPULCO"
   

  wollny MICHAEL WOLLNY TRIO
   

folmer.nicolasspherelive w NICOLAS FOLMER : « Sphere »
   

l amicale des sphinx 

RENZA BÔ : " L'amicale des Sphinx"
   

  geraud-portal.jpg
    GERAUD PORTAL 

Attention choc DNJ !

  paul lay
     Paul Lay 

  dominique-pifarely-time-geography
    Dominique Pifarély 

  JSB JRH
   JACQUES SCHWARZ-BART 

  arild
  ARILD ANDERSEN : « Mira »

  novrasli cover
  SASHIN NOVRASLI 

  ete
 

ETE trio Emler Tchamitchian Echampard : " Sad and Beautiful"

  thomas-de-pourquery-supersonic-play-sun-ra  

THOMAS DE POURQUERY SUPERSONIC

  journal intime

JOURNAL INTIME

  jeff ballard trio 

JEFF BALLARD

  carrothers.bill sundaymorning w  Bill Carrothers :

" SUNDAY MORNING"

  jass JASS

  gaubert-ceccarelli-top lignesud w

Ligne Sud trio

  iyer ladd

VIJAY IYER & MIKE LADD : "Holding It Down"

Darche.Alban My.Xmas.Trax w Alban Darche :"my Xmas traX"

marjolaine 

Marjolaine REYMOND  

coffret

Coffret Jazz Magazine-Jazzman-Wagram. 5 cd+livret    

BILL-MOBLEY-l-ORCHESTRE-d-AUVERGNE-Black-Elk-s-Dream-Space-

BILL MOBLEY et l’Orchestre d’Auvergne 

   

maalouf-illusions.jpg 

Ibrahim Maalouf « Illusions »

   

the-chamber-jazz-quartet-meets-andre-villeger

THE CHAMBER JAZZ QUINTET MEETS ANDRE VILLEGER 

   

voix-croisees-didier-levallet-quintet

Didier LEVALLET quintet 

   

pascal-niggenkemper-vision-7-L-eb9s1L

Pascal Niggenkemper Vision 7

   

rene-marie-i-wanna-be-evil-with-love-to-ertha-kit

RENEE MARIE

   

leloil.jpg

Christophe Leloil

   

olivier-boge-the-world-begins-today.jpg

Olivier BOGE

   

big 0 Unitrio page2 cover

  ARGENTIERI, BOREY, TISSOT

LINX CHEVALIER

  DAVID CHEVALLIER & DAVID LINX

dupont.hubert_jasmin_w-copie-1.jpg

  HUBERT DUPONT

Tribute-To-Radiohead-Vol2

  AMNESIAC QUARTET

pj5 word w1

  PJ5 : « Word »

morelli

  EMMANUEL BEX / NICO MORELLI

antoine herve 3

  Coffret Les pianistes : La leçon de jazz d’Antoine Hervé

marc cary

  Marc CARY Focus Trio

Tenor Sax - visuel 300 DPI

  Tenor sax legends

shai

  SHAI MAESTRO

cover riomar 400

  NILS WOGRAM

herve.antoine brubeck wide w

  ANTOINE HERVE : « La leçon de jazz : Dave Brubeck »

denis levaillant

  DENIS LEVAILLANT

gillespie koller

  NDR 60 Years jazz Edition

Ahmad-Jamal-page-couv-Saturday

AHMAD JAMAL

ramberto

RAMBERTO CIAMMARUGHI

Liquid-Spirit

GREGORY PORTER : « Liquid Spirit »

laurent coq

Laurent Coq :

« Dialogue »

orioxy

ORIOXY : " The other strangers"

darcy-james-argue-brooklyn-babylon

DARCY JAMES ARGUE ‘s Secret society : « Brooklyn Babylon »

privat

Gregory Privat: « Tales of Cyparis »

schumacher

JAN SCHUMACHER :

 

trotignon

BAPTISTE TROTIGNON & MARK TURNER

bates blaser

MICHAEL BATES & SAMUEL BLASER QUINTET

marguet-christophe-sextet constellation

CHRISTOPHE MARGUET sextet 

charmasson.r-jaume.a-gress-d-rainey.t flybabyfly w

CHARMASSON / GRESS / JAUME / RAINEY 

marre 

MICHEL MARRE 

choros do brazil - oboman aquarela JEAN-LUC FILLON & AQUARELA

Oboman Ithursarry   JEAN-LUC FILLON & DIDIER ITHURSARRY

coverthisisatrioFRANCK VAILLANT

  Massaliajazz  Massaliazz   

  carrothers   BILL CARROTHERS 

  BONACINA   CELINE BONACINA 

  Cecile-McLorin-Salvant--WomanChild  CECIL MC LORIN SALVANT 

  polish jazz quartet 450 POLISH JAZZ QUARTET

  Cover-Galliano Vivaldi

Richard Galliano

  tristan

Tristan Loriaut

  Heliopolis-def

ALEXANDRA GRIMAL

  station-mir-christophe-monniot-932964373 ML

CHRISTOPHE MONNIOT

  craig-taborn-trio-chants CRAIG TABORN

  gabel

DENIS Gäbel

  metheny-tap-zorn-2013

PAT METHENY

  sebtexier SEBASTIEN TEXIER

(S. Chambon)

  sebtexier

SEBASTIEN TEXIER
(Jm Gelin)

 Rémi CHARMASSON quintet -The Wind cries Jimi

REMI CHARMASSON

rusconi-revolution

RUSCONI

cathala

SYLVAIN CATHALA

  camilo MICHEL CAMILO 

 

  pochette-Peirani

  VINCENT PEIRANI 

 

  bigre

  BIGRE ! 

  seguron solo pour trois

 GUILLAUME SEGURON

  windsofchangecover-web-mini DAVID LINX & DIEDERICK WISSELS 

 

  panossian bbang REMI PANOSSIAN 

  patrick-favre-origines PATRICK FAVRE

  covermonk n roll

FRANCESCO BEARZATTI TINISSIMA qtet

  tepfer wendel

BEN WENDEL & DAN TEPFER 

  chausse lajudie

STÉPHANE CHAUSSE & BERTRAND LAJUDIE   

  YounSunNah Lento w001

 

YOUN SUN NAH   

  bow 

TCHANGODEI & Steve LACY & Oliver JOHNSON

   

  charles-lloyd-jason-moran-hagars-song

CHARLES LLYOD & JASON MORAN

   

  antonio sanchez

ANTONIO SANCHEZ

   

  romanonew-blood-plays-the-connection-aldo-romano

Aldo Romano New Blood Quartet

   

 Christophe Dal Sasso - Ressac 

CHRISTOPHE DAL SASSO 

   

  ROY-Guillaume FromScratch w001 Guillaume ROY Alto Solo  

   

  Jan Lundgren - The Man In The Fog JAN LUNDGREN   

  BenGoldberg1

 

Unfold Ordinary Mind - new

  2 petits bijoux du clarinettiste de BEN GOLDBERG

  coffrets perspective VOGUE 2

  Jazz on Vogue

 diego imbert 

  DIEGO IMBERT & MICHEL PEREZ

  Sylvia Howard  SYLVIA HOWARD & The Black label swingtet 

  samythiebault SAMY THIEBAULT 

 

  david enhco DAVID ENHCO

 

 

  chris-potter-the-sirens

CHRIS POTTER 

 

 lesdoigtsdelhomme-copie-1

LES DOIGTS DE L'HOMME 

 

TheDrops Spray w001

THE DROPS

 

ParisJazzUnderground

Paris Jazz Underground

 

Sidony recto recadree

SIDONY BOX

 

pierre-perchaud-waterfalls

PIERRE PERCHAUD : «Waterfalls »

 

paolo-fresu-desertico-20130107074635

PAOLO FRESU Devil Quartet : “DESERTICO”

 

mingus mosaic

CHARLES MINGUS : « The jazz workshop concerts 1964-1965 »

 

NBLIve

NIK BÄRTSCH’s RONIN : « live »

 

loustalot

YOANN LOUSTALOT

 

Bruno Tocanne

BRUNO TOCANNE

 

PIERRICK PEDRON-

PIERRICK PEDRON

 

das kapital loves christmas

DAS KAPITAL LOVE CHRISTMAS

 

Caravaggio

CARAVAGGIO #2


Mouratoglou-Philippe Steady-Rollin-Man w002

PHILIPPE MOURATOGLOU - JEAN-MARC FOLTZ - BRUNO CHEVILLON


fillon

JEAN-LUC FILLON – DIDIER ITHURSARRY :

THE ULTIMATE INTERVIEW : DAVID KRAKAUER

Mercredi 15 octobre 2014 3 15 /10 /Oct /2014 01:10

 

Soupir editions

www.jeanlucfillon.com 

www.son9.com

 oboman.jpg

Sortie le 15 Octobre 2014

Belle invitation que ce Begin the night (en fait une contraction de « Begin the Beguine » et «Night & Day» ) que nous propose Oboman (Jean Luc Fillon) pour son nouvel album en trio après 7 disques en leader. Il s’agit de rendre hommage cette fois au musicien poète de Broadway, Cole Porter qui disparut  il y a juste 50 ans. Et d’ailleurs par une élégance suprême, l’album sortira le 15 octobre, date de la disparition de cet auteur prolifique génial.

Tout le monde connaît Cole Porter, même les plus jeunes et ses chansons  ont fait le tour de la planète, des années vingt aux années cinquante, gravées dans les mémoires dans l’interprétation qui les rendit célèbres, à Hollywood. Prenez Marilyn pour « My Heart Belongs to Daddy » dans Let’s Make Love ou Fred Astaire pour « Night and Day » dans l’une de ses séquences les plus «glamour» avec Ginger Rogers dans The Gay Divorcee. Parfois on ne sait pas qu’il s’agit de lui, mais le plus souvent, le titre est sur le bout de la langue... ce qui est arrivé à Oboman lui-même avant de reconnaître « Easy to love » et d’ajouter non sans humour que  « Love is everywhere » ...chez Cole Porter, même si l’on pourrait ajouter qu’il s’agit aussi d’amour vache, désespéré ou désespérant  comme dans “Love for sale”, “What is this thing called love?”  Cole Porter savait utiliser la musique pour mordre à la réalité qui pouvait lui échapper, se révélant souvent  vulnérable, étrangement familier. Disposant d’une solide formation classique,  Cole Porter a vite aimé le jazz, la musique de l’époque et s’est particulièrement  illustré dans la comédie musicale avec de grands succès à Broadway comme Anything goes.

Douze titres, parmi des centaines de chansons, le choix a du s’avérer difficile pour le trio sans rythmique composé de Joao Paulo au piano, Fred Eymard à l’alto (il s’agit de violon) et Jean Luc Fillon pour le hautbois. « Un trio à l’instrumentation romantique pour servir le lyrisme du poète de Broadway », qui fait résonner le classique dans le jazz, la musique savante du XXème siècle.

Avec le souvenir de ce musicien,  commence une histoire... Même si les mélodies demeurent, les harmoniques sont revisitées et les arrangements sont suffisamment rythmiques pour entraîner sur la piste et inviter à la danse... C’est une des caractéristiques de la musique de Cole Porter, il n’y a donc aucun faux-sens dans ce  parcours impeccablement cohérent, qui transforme les standards coleportiens en les réadaptant au style particulier d’Oboman. Amoureux du timbre si original du hautbois, Jean Luc Fillon a choisi de servir l’instrument - dont il est capable de tout obtenir, en en repoussant les limites, dans un autre contexte que celui du répertoire classique.  Sans rejouer ces chansons en « revivaliste », Oboman réussit à adapter le monde brillant de l’auteur, superficiel en apparence et léger. Pas du tout opposé à la tradition américaine, le trio la fait revivre, mais différemment. C’est beau, c’est autre chose et en même temps c’est encore du Cole Porter, évoqué de façon lumineuse. S’arracher à la continuité du temps, pour mieux s’y replacer. Voilà vraiment une façon de le revisiter dignement. Quoi de plus jazz dans cette attitude ? Respect.

 

Sophie Chambon

 

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Mardi 14 octobre 2014 2 14 /10 /Oct /2014 20:51

Logo-for-web-Fondation-BNP-Paribas.jpg

Sylvain Beuf et Stéphane Guillaume improvisant de concert en pleine rue. La Fondation BNP Paribas a offert ce duel de ténors dans la plus grande tradition aux passants de l’Opéra pour célébrer le 13 octobre ses 30 ans et aussi ses 20 ans d’engagement auprès du jazz.

Quelques chiffres illustrent ce soutien : 21 musiciens et formations accompagnés depuis 1995, 60 CD et DVD édités (en participation). Une implication qui prend aussi la forme de partenariat avec des festivals (Jazz à St Germain des Prés, North Sea Jazz Festival Rotterdam, Saint-Louis Jazz au Sénégal, et le concours international de piano Martial Solal.


Le jazz, entré en 1995 dans le champ d’action de la Fondation BNP Paribas en 1995, constitue l’un des trois piliers de la création artistique soutenue aux côtés de la danse et des arts du cirque. Dans l’actualité récente, la Fondation a par exemple contribué aux albums de Baptiste Trotignon et  Emmanuel Bex, artistes qui se produisent ces jours-ci sur la scène parisienne (Bex au New Morning le 21 octobre et Trotignon le 17 novembre au Café de la Danse).

Globalement, les engagements en faveur de la culture, qui intègrent également l’action pour les musées comme la restauration d’œuvres, se montent à 1,5 million d’euros/ an.  Reste que la Fondation BNP Paribas consacre l’essentiel de ses financements aux actions dédiées à la solidarité (4,5 millions d’euros affectés en 2014 à la lutte contre les exclusions et l’égalité des chances dans les quartiers sensibles).

(en savoir plus fondation    lwww.bnpparibas.com/fondation-bnp-paribas  )

 


 Jean-Louis Lemarchand

 

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Dimanche 12 octobre 2014 7 12 /10 /Oct /2014 21:50

 

Island 2014

 jamie-cullum-interlude-album-cover.jpg

 

L’Amérique et l’Angleterre peuvent dormir tranquille. Certes le terrorisme, certes la crise mondiale, certes Ebola frappent à nos portes mais les valeurs de ces grandes nations sont bien intactes et les crooners qui savent donner du bonheur simple aux gens sont bel bien présents. Les enfants naturels de Franck Sinatra, de Nat King Cole et de Mel Tormé chantent encore l’amour sur des mélodies sucrées et des grooves à faire se dodeliner comme avant les ménagères dans leur cuisine.

Alors oui, Jamie Cullum, l’ex-jeune garçon de Rochford fait partie, à 35 ans de cette belle génération qui porte en elle cette part de vieux rêve américain jamais vraiment usé. Elevé maintenant au rang de super star planétaire, Jamie Cullum gagne tous les jours de nouveaux galons dans cette course à la crooneuse attitude qu’il maîtrise avec un talent fou. Avec cette voix exceptionnelle et ce feeling incroyable qui fait qu’il peut à peu près tout chanter avec la même classe. D’une ballade hyper romantique (My one and lonely love), à des trucs pas net comme traînés du côté de la Cité du croissant, New-Orleans (Lovesick blues), ou encore des trucs blues qui groovent grave ( Sack O’ Woe), Cullum peut tout faire et toujours avec talent.

 

Dans cet album un peu fourre-tout on trouve des arrangements hyper classiques et un peu old style. Tout y passe de la formule simple à l’accompagnement d’un big band ou à celui de cordes violonantes et même deux duos, art pour lequel le moins que l’on puisse dire c’est que ce n’est pas vraiment sa cup of tea. Malgré le fait qu’il tourne en boucle sur toutes les radios son duo avec Gregory Porter sur Don’t let me be miss Understood est un peu fadasse tant l’ampleur de Gregory Porter semble jeter loin derrière Jamie-le-faux-bad-boy. Car il a beau essayer de se donner des allures de mauvais garçon Jamie, à chanter ses petites chansons d’amour on y croit vraiment pas. Jamie Cullum fait un peu penser parfois à ces fils de bourges qui sortent de leur appart de Neuilly et se mettent une casquette à l’envers et une ceinture à clous pour faire genre. Ça colle pas.

Mais on ne lui en veut pas à Jamie tant le gamin ( qui n’en est plus vraiment un d’ailleurs) nous en avait mis plein la vue avec « Momentum ». Tant on sait qu’il enflamme les scènes partout où il passe avec un charisme de folie.

Jamie Cullum c'est simple , il dégage ! Avec cet art de rendre le swng évident et les gros mots classieux !

Simplement là, avec cet album conçu parfois comme pour un gala de bienfaisance pour riches milliardaires, il semble avoir pris un petit coup de vieux le Jamie.

On est bien sûr scotchés par cette version simple de Losing You ou par cette ouverture sublime sur Make Someone happy. Bien sûr le feeling est toujours omni présent et ce que fait Cullum, il le fait hyper bien. Mais il faut attendre la toute fin de l’album pour qu’il se passe quelque chose d’un peu inattendu. Et l’on découvre alors avec un vrai frisson cette merveilleuse version de la chanson de Sfjan Stevens ( The Seer’s tower*) avec laquelle, enfin Jamie Cullum fait courir un vrai vent de modernité.

Jean-marc Gelin

( *dont on trouve le superbe original ici https://www.youtube.com/watch?v=RyoMt1-vvbw)

 

 

 

 

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Dimanche 12 octobre 2014 7 12 /10 /Oct /2014 21:26

 

Coax records 2014 (*)

Ayemric Avice (tp, perc), Antoine Viard (sax), Rafaelle Rinaudo ( elec harp), Romain Clerc-Renaud (kybds), Julien Desprez (g), Simon Hnocq (g), Xuan Lindenmeyer (b), Yann Joussein (dms, compos)

 

retrouvez ici lien avec le collectif Coax records

coax.jpg

 

L’univers de ce jeune collectif est assez chamboule-tout pour s’apparenter à un exercice de style brillant. Oubliez tous vos repères car Coax s’amuse illico à tout déstructurer avec des vraies manies de mauvais garçons. Avec une volonté de soigner les arrangements à l'extrême ils parviennent à mêler allègrement le rock progressif avec une bossa destructurée, du jazz "garage" avec du funk de fanfare qui s'accoquine avec du free jazz rock brouillon. Ça part dans tous les sens et ça le(s) mets en éveil. 

Des sons saturés laissent place à des interférences et des sons parasites. Les tuilages à la manière de DJ’s se superposent sur Discoax, où les sons se brouillent et se gênent.

C'est ultra-inventif même si, il faut bien le dire, à vouloir faire trop dans le colectif,  ça manque parfois d'expressivité et d’interprétation.

 

Mais Coax avec l’humour de bandits pas sérieux fait du détournement sonores. Leur imagination passe par le Liberation Music Orchestra de Charlie Haden, par l’esprit provoc de Carla Bley, par le free d’Ornette. On y entend des montées paroxystiques ponctuées de cris à la Mike Patton ( on pense au Naked City de Zorn) mais l’instant d’après  ce sont des boules à facettes de dance floor qui envahissent une piste qui débouchent sur une plage brésilienne.

Si cette musique est un tantinet déficiente sur le plan émotionnel, elle convoque en revanche un imaginaire presque théâtral, presque artistique. Un imaginaire où l’on retrouve la modernité de quelques dramaturges des temps modernes.

Jean-Marc Gelin

 

 

 (*) Coax est avant tout un collectif de jeunes musiciens. Une coopérativre crée en 2008 et dont sont issus parmi les groupes hexagonaux les plus imaginatifs du moment ( radiation 10, MeTaL-O-PHoNe)

 

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires
Vendredi 10 octobre 2014 5 10 /10 /Oct /2014 23:31

 

Label Durance/ Orchêstra

www.label-durance.org 

www.orkhestra.fr

www.atelier-de-musiques-improvisées.com

 

 capucine.jpg

Joli titre pour ce projet ambitieux, car reprendre Brassens et son univers en le chantant est toujours périlleux. Capucine Ollivier s’y est attelé à la tête d’un trio expressif, accompagnée au bugle et à la trompette par Jean Bernard Oury et à la guitare par Alain Soler, pour l’excellent label Durance, basé à Digne dans les Alpes de Haute Provence. Une instrumentation originale « voix-trompette-guitare » qui sert d’écrin aux chansons éternelles de l’ami Georges.

9 chansons à choisir  dans l’intégrale du poète sétois, voilà qui n’était pas chose facile. Celles retenues sont  certes parmi les plus connues, mais sans doute ont-elles été sélectionnées  pour la capacité d’improvisation qu’elles  permettent. Le projet est séduisant car il introduit le jazz dans la grande chanson française à moins que tout simplement la musique de Brassens ne s’y prête. Il est certain que l’un de nos auteurs-compositeurs-interprètes les plus populaires  savait  rythmer sa prosodie. Brassens swingue sans doute, comme Nougaro, bien plus que Brel ou Barbara. Il aimait le jazz d’ailleurs et Django Reinhardt, ne s’en est jamais caché, et savait ce que la « pompe » veut dire. Il s’accompagnait lui-même à la guitare avec le fidèle contrebassiste Joel Favreau.

Capucine Ollivier parvient à créer un univers très personnel, ce qui est en soi  épatant, tant les mélodies semblent coller à la voix de Brassens. Quand Maxime Le forestier reprenait certaines chansons, il agissait en fidèle disciple, en parfait épigone, dans une fusionnelle correspondance de style.

 Capucine Ollivier se démarque volontiers : elle  chante doucement, d’une voix volontairement neutre, « blanche ».  Elle scate aussi  comme dans «La mauvaise réputation » et entraîne alors vers des rythmes plus bluesy  («L’orage ») voire  latin. Sans être adepte de cette forme d’ « élucubration » vocale, il faut reconnaître que  le parti pris est juste et convient à cet hommage réel, discret et tendre. Bien entendu même si c’est plus simple pour une femme, vocalement, Capucine Ollivier ne se place pas du tout dans le même sillon. Car pour qui aime, connaît et donc fredonne les chansons de Brassens, revient toujours en mémoire le rythme marqué, la cadence si spécifique. Et l’humour pince sans rire et aussi très « vache » de Brassens qu’elle arrive à rendre un peu tout de même dans l’inébranlable « Le Temps ne fait rien à l’affaire » où on la sent sourire ....enfin.  Car elle colore souvent d’une nuance mélancolique comme dans le délicat premier titre « Les passantes ».

Le résultat est très original et au bout de quelques mesures, on ne reconnaît plus vraiment  Brassens et cela est bien... elle  l’interprète à sa façon. Tous les arrangements et accompagnements instrumentaux sont résolument jazz et le tempo est volontairement cassé, plus lent, très lent même, brisé parfois. Mention particulière aux formidables accompagnateurs  qui  interviennent en un contrepoint particulièrement réussi  comme dans « Je me suis fait tout petit » ou « J’ai rendez vous avec vous » : le trompettiste/bugliste Jean Bernard Oury s’envole généreusement,  Alain  Soler n’est pas en reste avec une guitare cristalline et perlée.

Au final  cet hommage contribue à faire de ces thèmes intemporels des standards jazz, après Les doigts de l’homme ou les Etrangers familiers, Brassens revient ...encore. Et cela est bon.

 

Sophie Chambon

Ecrire un commentaire
Voir les 0 commentaires

recevoir les dnj

AZZ A PORQUEROLLES

jazz-porquerolles.jpg

 


Chercher dans les DNJ

Pages

la galaxie DNJ

logo-timekiwi.jpg icon-twitter.png facebook-logo.png
logo-G-.jpg logo-pearltrees.png logo-netvibes

Nous contacter

--- Envoyez-nous vos disques et maquettes ---

Jean-Marc Gelin

91 rue Villiers de l'Isle Adam

75020 Paris

@: jmgelin AT free.fr

Qui sommes nous?

  JEAN-MARC GELIN 

jmg.jpg

 

SOPHIE CHAMBON

Mariage RJM 06 09 148

  

 

YAEL ANGEL

yaël dnj

 

TRISTAN LORIAUT

tristan.JPG

 

Jérôme Gransac

Mon-avatar

  JEAN-LOUIS LEMARCHAND

 

LEMARCHAND-Jean-Louis-10

 

 

 

 



 

 


 

 

 

 

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés