Les Dernières Nouvelles du Jazz


Jeudi 12 janvier 2012 4 12 /01 /Jan /2012 21:48

Circum/Anticraft-MVS distribution

Mahieux.jpg

 

 Le  batteur nordiste Jacques Mahieux qui n’a pas toujours eu la reconnaissance qu’il méritait - il a pourtant accompagné Henri Texier et Claude Barthélémy dans bon nombre d’aventures - est devenu au fil des ans un habile constructeur de sons et un catalyseur de talents. Il  sort sur le label Circum que l’on suit avec plaisir aux DNJ, un album au  titre poétique Peaux d’âmes, sous le signe d’une certaine nostalgie envers tous ses batteurs qu’il a dans la peau et sur les peaux. Ce n’est pas du Demy mais cet hommage en neuf titres, singulièrement personnel, à des musiciens mythiques, est en un sens enchanteur. Le répertoire met en valeur des compositions de batteurs, musiciens parmi les plus mal aimés et les plus sous-estimés. Après tout, «ce sont aussi des musiciens» qui ne plaisent vraiment que quand ils se livrent à des démonstrations spectaculaires, solos ébouriffants, tonitruants, longs et rageurs. Et encore ils se font voler la vedette et l’admiration populaire par leurs confrères rockers, particulièrement exhibitionnistes. Ou donc, à cet éloge de la batterie, et profond respect à cet instrument qui fit le jazz, et dont l’histoire vaut bien quelques tom(e)s ! Merci de ressusciter ainsi Shelly Manne (formidable « Flip »), Tony Williams (« Pee Wee »),  Denzil Best («45°angle» ), Joe Chambers [1] (« Mirrors ») et le moins jazz - encore que ça swingue drôlement- Robert Wyatt, avec un Jacques Mahieux  chanteur dans « Be serious ». Le batteur offre à son quartet des thèmes virevoltants ou désolés, toujours lyriques et talentueusement interprétés par ses potes. Car ce « Mahieux Family Life » est un disque fraternel qui invite la famille de musiciens-amis, le clan (rien à voir avec le terrible titre « Family life » de  Ken Loach) : ça tourne rond et même rondement avec le fougueux Olivier Benoît (La pieuvre...), le délicat  Jérémy Ternoy ( sur trois titres ) dont on parlait récemment ici aux DNJ, ne serait ce que pour Vazytouille. Une belle et véritable histoire familiale, au sens propre, avec le fiston Nicolas qui est partie prenante du Circum Grand Orchestra. Seule invitée, nouvelle au groupe et à cet univers, la saxophoniste alto Géraldine Laurent  prouve qu’elle peut être à l’aise partout et même qu’elle est absolument nécessaire. Dès qu’elle empoigne son alto, ça jazze que ce soit dans « Flip » ou le superbe « Mirrors ».  De beaux moments  tout au long de l’album du quartet, avec ce  « Mank de Monk », composition rythmée de Jacques Mahieux, où s’envole Olivier Benoît dans un solo très mélodique ; quand le rejoint la saxophoniste, il s’enroule autour des volutes plus énervées de l’altiste, lui plantant bien volontiers quelques épines, alors que la rythmique des Mahieux fonce à train d’enfer. « Station Debout Pénible » de Manuel Denizet est il le climax de l’album ? « Punt » d’après Joey Baron n’est pas mal non plus avec cette fin à la batterie particulièrement mélodique.

 La seule certitude est qu’une musique permanente traverse cette histoire de peaux, à cœur, à cor et à cri : on participe entièrement à ce ballet tournoyant, où tous s’ajointent généreusement, formant un ensemble organique, complet. L’enchaînement des titres est  établi avec soin et intelligence, sans effet de répétition : une alternance calculée subtilement et des surprises constantes comme dans ce  dernier « Jack’s blues ».

Avec ce bel album, nos amis nordistes ont réussi à réunir diverses tendances, à réconcilier ciel et terre, musique actuelle improvisée et jazz, c’est tout simplement superbe. Rien à jeter, c’est le meilleur album de ces dernières semaines, enregistré par Boris Darley, qui plus est. Si vous deviez encore expliquer ce qu’est le jazz autour de vous, sans remonter aux calendes..grecques ou autres, n’hésitez plus et faites entendre ce Peaux d’âmes... Et si vous n’arrivez pas à convaincre avec cela,  il faudra leur conseiller vivement  de consulter. 



[1] A ne pas confondre avec Paul Chambers contrebassiste, ni Dennis Chambers également batteur !

 

Sophie Chambon



Voir les 0 commentaires
Ecrire un commentaire
Retour à l'accueil

Recevoir les dnj

Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés