Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2011 5 20 /05 /mai /2011 15:40

Ô Jazz 2011

Benoît Lavolée ( vib, mba), Nicolas Larmignat (dm), Baptiste Dubreuil ( p, fder)

 

Lavollee-Dubreuil-Larmignat-Le-Symptome.jpg

 

Entame d'album mortel avec ce son "énorme" du fender.  Ça n'hésite pas un seul instant : ça rentre dedans. Émotions fortes . Les trois en emphase parfaite pour une création captivante d'une sorte de jazz-pop lunaire. Une fusion des énergies. C'est le parti pris esthétique qui s'impose. Les trames sonores se superposent et forment des nappes de son entre ing Crimson et les sonorités d'un Larry Golding. Il y a un sens du jeu partagé qui crée cette atmosphère cosmique intéressante. Univers passionnant qui va de l'étirement des sons à une percussion rock affirmée. C'est un alliage subtil entre ces trois instruments qui tirent le meilleur parti de ce trio.  Le clavier de Baptiste Dubreuil  est  énorme: à la fois inventif et prolixe (Minuit) il dessine la toile de fond.  Dubreuil peut ainsi passer dans une même logique d'un clavier électrique au piano dans un même discours sombre et puissant.  La rondeur du son ne perd pas l'énergie, au contraire. Celle-ci est en fusion. Nicolas Larmignat quant à lui montre les incroyables facettes de son talent en démultipliant un jeu tout en bruitisime, en respirations, en pulse irrégulières ou en beat rock et pop.En écho des sonorités du fender, Benoît Lavolée alterne vibraphone et Marimba avec là encore un incroyable talent d'orfèvre, doux dans sa sonorité, évitant le jeu percussif pour au contraire venir arrondir les angles.

De l'électricité dans l'air, palpable qui pourrait bien dessiner les contours d'un jazz d'après pop. On pense à quelques groupes mythiques dont on imagine qu'ils ont dû influencer ces jeunes musiciens : Radiohead ou Bowie par exemple autant que Robert Fripp.  Et si l'on peut regretter que les compositions se perdent parfois dans quelques méandres planants, une atmosphère se dégage pourtant, à la fois envoûtante et hypnotique comme une sorte d'opiacée à effet calmant immédiat. Hallucinogène doucement.

Leur univers est d'une incroyable richesse musicale. Ce groupe distingué au Concours de la Defense en 2010 nous embarque dans une rêverie futuriste qui convoque tous les imaginaires possibles.

Jean-marc Gelin

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-marc Gelin - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires

  • : les dernières nouvelles du jazz
  • les dernières nouvelles du jazz
  • : actualité du jazz, chroniques des sorties du mois, interviews, portraits, livres, dvds, cds... L'essentiel du jazz actuel est sur les DNJ.
  • Contact

Les Dernières Nouvelles du Jazz

Chercher Dans Les Dnj

Recevoir les dnj