Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 20:58

 

Brad Mehldau (p), Larry Grenadier (cb), Jeff Ballard ( dms)

Nonesuch 2012

mehldau-trio-where-do-you-start.jpg

Attention très grand disque. Très très grand disque. N’allez pas chercher à savoir ce qu’il y a d’exceptionnel dans ce nouvel album du pianiste. C’est juste LE trio parfait. Celui qui peut tout jouer avec la même fusion et la même empathie. Mehldau + Ballard + Grenadier atteignent tout au long de cet album à la quintessence du trio. Parce que les trois, dans le même moment parviennent tout simplement à hisser leur jeu à un niveau exceptionnel. Ils se connaissent bien, s’inscrivent dans la permanence du trio, semblent à chaque album dépasser un nouveau cap. Et peu importe au fond ce qu’ils jouent, ils pourraient rendre à la postérité n’importe quel thème qu’il fut ou non tiré du répertoire.

Et pourtant ils brassent large. Les terres en friche de Meldhau sont vastes et si le pianiste ne compose guère qu’un seul titre de l’album, il va le chercher un paysage musical varié. Adepte, on le sait, de régénérescence de la pop music Brad Mehldau ouvre sur un titre du guitariste rock Jerry Cantrell ( Got me wrong), va chercher chez Nick Drake un superbe  Time has told me tiré du superbe album "Five leaves left" et ici totalement réinventé ou encore va puiser du côté de Jimi Hendricks et de Hey Joeoù Brad Mehldau vire au blues un peu sale.

 

 

 

Mais le pianiste, va aussi chercher dans le répertoire hard bop avec Rollins ( Airegin) ou Clifford Brown ( Brownie speaks) où le pinaiste ne cherche pas la modernité mais au contraire s’inscrit dans la pure lignée des grands pianistes bop. Et il ne serait pour s’en convaincre que d’écouter ses talents d’improvisateur bop sur Airegin où il montre tout ce qu’il doit au jazz et aux maîtres (Oscar Peterson dans le jeu de Meldhau !) et combien il en prolonge l’âme.

Il y a de l’intensité dans ce trio. Quelque chose où le légereté du jeu de Meldhau s’acoquine à la gravité de Larry Grenadier ( au passage exceptionnel) et au drive d’une finesse de dentellière et méga énergique de Jeff Ballard. A l’image de cet Aquelas Coisas Todas, thème du compositeur guitariste Brésilien Toninho Horta auquel d’ailleurs un autre pianiste, Manuel Rocheman rend ces jours-ci un bel hommage.

Brad meldhau est un amoureux des chansons et des belles mélodies. Son job et celui de ses compagnons de jeu n’est pas d’en tirer prétexte mais d’en faire un sujet en soi. De les magnifier. De les exprimer. Littérairement. Magistralement.

Jean-Marc Gelin

 

Partager cet article

Published by Jean-Marc Gelin - dans Chroniques CD
commenter cet article

commentaires